Home Boss Ladies Jessica Brudey et Mylène Colmar font de FoodÎles Magazine un mag 5...

Jessica Brudey et Mylène Colmar font de FoodÎles Magazine un mag 5 étoiles

699
0

Le deuxième numéro de « FoodÎles Magazine » vient tout juste de sortir. À la tête de ce magazine qui valorise les professionnels de la gastronomie guadeloupéenne, Jessica Brudey, fondatrice de l’application FoodÎles qui répertorie les restaurants en Guadeloupe grâce à la recommandation sociale, et Mylène Colmar, journaliste indépendante, blogueuse et consultante éditoriale. Ensemble, elles ont conçu un magazine innovant et qualitatif, qui se distingue par la pertinence des sujets choisis, la qualité de leur traitement, et l’authenticité des personnes mises en avant. Rencontres avec les deux boss ladies guadeloupéennes.

Caribbean Boss Lady : Vous venez de publier le deuxième numéro du magazine « Foodîles ». C’est un projet que vous menez conjointement depuis plusieurs mois. Cette collaboration, c’était une évidence ? 

Jessica Brudey : Je ne dirais pas une évidence mais le fruit d’un bien heureux hasard. Nous avions déjà collaboré sur plusieurs autres opérations mais toujours très digitales. C’était des projets avec d’autres personnes et pour d’autres personnes. Mylène a eu l’audace de me suivre dans ma folie et cela est déjà vraiment très fort pour elle que je sais si réfléchie.

Mylène Colmar : Quand Jessica m’a sollicitée pour ce magazine, j’ai trouvé évident de lui dire oui, parce qu’il existait déjà une confiance entre nous, née de collaborations réussies.

Pourquoi aussi un magazine papier alors que Foodîles est déjà présent en ligne via une communauté Facebook, un site Internet, et surtout une application très populaire ?

Jessica Brudey : Je suis littéraire. J’aime les livres, les magazines. J’avais envie de figer les rencontres, les talents que nous avons. Le digital inscrit tout dans un moment qui est rapidement zappé d’un mouvement de pouce. En faisant un magazine, et en plus un beau magazine, on inscrit les acteurs de la gastronomie dans une temporalité qui dure. Nous avons fait un bijou à garder précieusement.

Jessica Brudey, CEO de FoodÎles

Mylène Colmar : Le magazine papier permet d’atteindre une partie de la population importante – notamment les seniors – qui utilise peu ou pas du tout Internet. Il assure une visibilité différente, importante pour renforcer et accroître la renommée de Foodîles.

Notre démarche est portée par l’amour, la fierté et le respect des personnes que nous choisissons. Nous sommes vraies. 

Jessica Brudey, CEO de FoodÎles

Le marché des magazines est ultra concurrentiel. Qu’est-ce qui fait du magazine Foodîles un magazine innovant et unique ?

Jessica Brudey : Parce que c’est nous qui le faisons ? En bientôt 5 ans, d’entrepreneuriat, je crois bien qu’il n’y a pas de secret. Nous ne voulions pas un annuaire ou un énième objet de référencement. Notre démarche est portée par l’amour, la fierté et le respect des personnes que nous choisissons. Nous sommes vraies. 
Plus concrètement encore, il n’existe aujourd’hui aucun magazine portant l’œil dynamique que nous avons sur la gastronomie et ses acteurs en Guadeloupe et plus largement la Caraïbe. On le retrouve sur Internet dans sa version web augmentée de photos et de vidéos.

Mylène Colmar : L’innovation est à la fois dans le contenu et la forme. Pour le premier, le format magazine permet d’aborder les sujets de manière plus pertinente, via des articles de fond, alors que d’autres les traitent de façon légère. Food ne rime pas forcément avec recettes ou clins d’œil culinaires. Pour la forme, pas de maquette standardisée, comme cela est habituel désormais. Nous privilégions l’originalité dans la mise en page, pour qu’elle soit à la hauteur du contenu.

Misié Sadik, Léna Blou, Fabienne Youyoutte, sont à la Une de ce nouveau numéro. Comment choisissez-vous les personnalités que vous interviewez ?

Jessica Brudey : Mylène et moi suivons l’actualité et décidons ensemble. La Guadeloupe regorge de talents que l’on connaît souvent sur un aspect particulier : danse, musique ou encore littérature. Il y a une pertinence à les rencontrer sous un autre aspect car je crois en l’adage : « dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es ».

Mylène Colmar : Le choix est guidé par deux critères majeurs : l’envie d’en savoir plus sur les goûts et points de vue de personnes que nous apprécions, admirons, trouvons intéressantes, et la volonté d’avoir une belle diversité des regards. 

Vous faites aussi une belle place à la Caraïbe dans ce nouveau numéro. C’était une évidence pour vous ?

Jessica Brudey : Très clairement. Avec le blog de Mylène Colmar qui ausculte l’actualité caribéenne et Foodîles qui a été créé dès le départ pour découvrir la gastronomie d’autres îles, cela ne pouvait être autrement.

Mylène Colmar : C’est même incontournable !

Mylène Colmar, journaliste indépendante, blogueuse et consultante éditoriale

Foodîles c’est l’histoire de deux entrepreneures qui ont décidé de réaliser un projet ensemble. Quels sont vos plus grands défis avec ce magazine ?

Jessica Brudey : Le plus difficile dans les associations est de gérer les hommes et pour que cela marche, il faut prendre les gens comme ils sont avec leurs bagages et ne pas essayer de les changer. Bon, j’ai déjà presque réussi…Vous constaterez plus de photos #Food sur le fil Instagram de Mylène (lol), mais je dois toujours la traîner au resto! Sinon Mylène a accepté que je ne sois pas dans la même temporalité qu’elle puisque j’ai mes obligations familiales et autres. Donc, je suis vraiment très satisfaite de cette collaboration car nous nous complétons parfaitement.

Mylène Colmar : Le premier challenge est de synchroniser nos agendas déjà bien chargés, afin que nous puissions nous voir pour échanger, car la communication pour ce type de projet est essentielle. Le second est de garder un relatif équilibre, afin de continuer à développer le magazine sans que nos entreprises, nos autres projets en pâtissent. Pour l’instant, cela se passe bien, car nous parvenons à être très complémentaires et à bien nous seconder dans les moments les plus tendus. 

Comment envisagez-vous le développement du magazine Foodîles ?

Jessica Brudey : Je crois que nos mots n’arrivent même encore à conceptualiser ce que nos deux esprits complotent. Nous sommes très créatives à la base, alors ensemble la planète Terre ne nous suffit pas (rires). Plus sérieusement, ce support nous ouvre des portes que nous aurions tort de ne pas pousser. Vous serez bientôt au courant de la suite.

Mylène Colmar : Rien à ajouter, si ce n’est que nos objectifs sont très grands et nous nous donnons les moyens de les atteindre. 


Le magazine FoodÎles est à retrouver gratuitement dans les meilleurs restaurants de Guadeloupe, dans les points d’intérêt touristique et gastronomique, et en ligne en version augmentée : https://fr.calameo.com/accounts/5060204

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here