Près de six mois après la sortie de ses mémoires, Becoming (Devenir, en version française), l’ex-Première Dame des USA, Michelle Obama, était à Paris, le 16 avril dernier pour une « Conversation intime » devant un Bercy Accor Hotels Arena plein à craquer avec près de 20 000 personnes. Pour l’occasion, nombre de Caribbean Boss Ladies avaient fait le déplacement, accompagnée de notre fondatrice, Axelle Kaulanjan. En guise de motivation du lundi (#MondayMotivation), Caribbean Boss Lady revient sur des messages forts délivrés, durant près de deux heures, par une Michelle Obama qui s’affirme de plus en plus comme un role model non seulement pour les femmes noires à travers le monde, mais aussi pour toutes celles et tous ceux qui sont invisibilisés par moult discriminations. 

De l’importance que les parents boostent les ambitions et la confiance en soi de leurs enfants

Michelle Obama l’a maintes fois souligné et dans son livre et lors de sa conférence : son parcours n’a rien d’exceptionnel, selon elle car des parents tels qu’elle en a eus, il y en a pléthore. « Il y a des millions de Robinson qui font des efforts et qui investissent dans leurs enfants ». En effet, dans Devenir, l’ex-Première Dame consacre de longues pages au combat de ses parents, d’origines modestes dans le sud de Chicago, pour que son frère et elle aient accès à toutes les chances possibles et que rien ne les empêche d’accomplir leurs rêves. Elle va même jusqu’à expliquer, toujours dans son livre, que son frère et elle étaient les « seuls investissements » de ses parents. 

Durant cette conversation modérée par la journaliste de CNN International Isha Sesay, Obama a aussi insisté sur le fait que ses parents « n’ont jamais cherché à calmer le feu en (elle) »alors même que bien souvent la société préfère que les filles entrent dans un moule bien défini, et n’affirment jamais haut et fort leur leadership et leurs ambitions. 
En tant que fille ayant bénéficié de la confiance et de l’encouragement de ses parents, mais aussi en tant que mère de deux filles, Michelle Obama a dit à quel point cela est important d’encourager le leadership et l’estime de soi des jeunes filles afin qu’elles deviennent des femmes accomplies.

Il est important d’investir dans l’éducation des enfants et d’avoir des professeurs qui croient en eux

C’est un peu le corollaire du précédent. En revenant sur son parcours scolaire, Michelle Obama a partagé une expérience très forte avec le public, comme elle l’avait auparavant fait dans son livre : Arrivée en fin lycée, elle fait part à sa conseillère d’orientation de son intention d’intégrer la prestigieuse Université de Princeton, comme son frère. Bien qu’étant une élève brillante, la jeune Michelle Robinson est alors découragée par la conseillère d’orientation qui la sous-estime et lui dit qu’elle n’a pas la carrure pour Princeton. 

S’en est suivi un discours très inspirant sur la nécessité que les professeurs aiment, inspirent leurs élèvent et les encouragent au lieu de les casser, de les enfoncer dans des stéréotypes et la peur. Une démarche nécessaire pour que des « enfants brillants ne restent pas sur le bord de la route. »Pour la jeune fille déterminée et « butée » qu’elle était alors, le fait d’avoir été sous-estimée a été un élément déclencheur pour qu’elle puisse faire mentir le sort : « Je vais vous montrer ! », s’est alors dit Michelle Robinson.

« Les mots ont de l’importance pour les jeunes », a-t-elle aussi souligné, et avec eux, on a le pouvoir ou de les encourager ou de les enfermer dans des schémas infernaux. C’est pourquoi, selon elle, il est important de leur dire qu’on a confiance et espoir en eux. 

« Les filles viennent au monde avec l’esprit de compétition, elles veulent gagner aussi. »

Le parcours de Michelle Obama, bien avant d’être femme de président des États-Unis d’Amérique, c’est surtout celui d’une jeune femme déterminée à réussir et à réaliser ses rêves et ambitions. Avec un esprit de compétition affirmé, elle était loin de ce « sois belle et tais-toi » que l’on attend généralement des jeunes filles et des femmes. Être de bonnes élèves, oui, mais pas plus. Être agréables, mais ne pas s’affirmer. Réussir tout juste, mais ne pas empiéter sur des domaines a priori réservés aux hommes et surtout, ne pas montrer d’esprit de compétition, parce que ça, ce serait un truc d’hommes uniquement…

Pour Michelle Obama, acclamée alors par les 20 000 personnes présentes à Bercy, il faut aussi accepter que les femmes aient l’esprit de compétition, et que c’est aussi normal. Il faut, selon elle, non seulement l’accepter, mais aussi montrer ces modèles de femmes afin que des jeunes filles n’aient pas l’impression d’être une aberration, et qu’elles réussissent à explorer tout leur potentiel.

Comprenez et appréciez le pouvoir de votre histoire. 

Michelle Robinson Obama, à Paris le 16 avril 2019

« Quand tu deviens plus que ce que les gens espéraient que tu ne deviennes, ils veulent éteindre ta flamme. »

Durant cette conférence, tout comme dans Devenir, il a aussi été question du fait que les jeunes filles et les femmes qui s’activent à réussir d’une belle manière – et en particulier des femmes noires d’origines modestes au même titre que d’autres publics invisibilisés – sont souvent sous-estimées. Pire, on leur demande de rester à ce qui leur a été imposé comme une place, et de ne pas dépasser un plafond posé par une partie de la société par-dessus leurs têtes. 

Cela aussi, Michelle Obama a dû l’affronter en arrivant à la table du pouvoir, même avant la Maison Blanche. « Ne rêve pas trop grand, reste petit, reste ici, ici on t’aime bien… C’est la stratégie des personnes qui veulent vous faire croire que ce n’est pas votre place, la table du pouvoir », a-t-elle expliqué en revenant sur ses expériences d’avocate, et, plus tard, de femme de politicien puissant et influent.

« Les leaders ont besoin de sortir plus de leur bulle pour être plus connectés à la réalité et faire la place pour la prochaine génération. »

L’un des messages forts délivrés par Michelle Obama, plus politique, concernait la nécessité de la réelle connexion entre les leaders et la réalité. Sortir de sa bulle, de son confort, pour comprendre les enjeux de ce monde, être au contact d’une réalité qui change très vite et où l’innovation accélère le rythme, c’est aussi important pour que les engagements citoyens et politiques aient du sens et de l’impact, selon Michelle Obama.

Mais pour elle, cela ne suffit pas, il faut aller plus loin. Ses origines modestes, a-t-elle confié, lui ont     appris qu’une fois au pouvoir, il fallait aussi partager ce pouvoir, faire la place à d’autres à cette table du pouvoir, et, surtout, préparer les prochaines générations en suivant une logique de transmission bienveillante et empouvoirante. 

En conclusion, cette conférence de Michelle Obama marque, selon nous, un véritable tournant dans l’affirmation du leadership des femmes, et en particulier pour le développement du féminisme noir et intersectionnel. Après Angela Davis, Audre Lorde, Toni Morrison, Oprah Winfrey, Beyoncé, et bien d’autres, les femmes noires à travers le monde entier ont désormais ce modèle de réussite et d’affirmation positive et bienveillante du leadership féminin en la personne de Michelle Obama. En effet, cette dernière, grâce à son influence démontre que l’on peut être « jeune, talentueux et Noir.e », comme le chantait si bien Nina Simone, et faire mentir les pires préjugés.


À écouter gratuitement, le minisode « Objectif Boss Lady » spécial Michelle Obama à Paris

Le minisode « Objectif Boss Lady » spécial Michelle Obama à Paris est disponible ici : https://www.objectifbosslady.com/2019/04/29/minisode-3-la-conference-de-michelle-obama-a-paris-elles-y-etaient/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here