Back

0 Le défi lycéens 2018 a consacré l’élégance artistique de la Guadeloupéenne Trécy Brissac

Your vote is:
0.00 of 0 votes

Samedi 6 avril se déroulait la 13èmeédition du défi lycéens, un concours de chant inter-caribéen et inter-lycées avec, à la manœuvre, l’animateur radio David Eugène. Avec neuf candidats de Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin, Haïti, Guyane, Suriname et Trinidad, le défi lycéens 2018 a encore confirmé son rôle majeur d’incubateur de talents.


 

Comme nombre de personnes qui s’intéressent à la musique et aux talents qui évoluent chez nous, l’initiative du défi lycéens a attiré mon attention dès ses premières éditions. Des pépites telles que Luan Pomier, Anthony Drew, Oswald de Saint-Martin, ou encore Fanny J en Guyane, sont des purs produits de ce concours de chant qui donne leur chance à des graines de stars de la Guadeloupe, tout en leur permettant de se frotter à des camarades de la Caraïbe, puisque le défi lycéens est ouvert à d’autres candidats finalistes de concours similaires à celui-ci, ailleurs, dans la Caraïbe. De plus, le lauréat du défi lycéens se rend, l’année suivante, en Guyane, pour le podium lycéens.

 

Camaraderie caribéenne

Et si ces concours demeurent une compétition, c’est d’abord un esprit de franche camaraderie caribéenne qui les caractérise. Et ce, en particulier grâce à l’amitié et au respect qui lient les chaperons et maestros à l’œuvre, discrètement, dans les coulisses, afin de rendre possible la rencontre de ces talents qui seront, demain, des véritables ambassadeurs de nos cultures créoles rhizomes en mouvement et en perpétuelle re-création au contact de l’Autre, et d’influences similaires ou complètement différentes qui nourrissent la créativité et le sens esthétique de nos jeunes artistes.

Avec le défis lycéens, les organisateurs créent des conditions de possibilité de l’émergence d’une génération d’artistes nourris d’un sens caribéen fort et tout particulier et qui ne fera, à terme, que renforcer une coopération régionale dont nous avons tant besoin, non seulement sur les plans identitaire, artistique, humain, mais aussi et surtout économico-culturel.

C’est d’ailleurs un ancien collègue et ami haïtien, Réal Louis, chargé de communication à la présidence haïtienne, mais aussi fervent défenseur et promoteur de la culture de son pays, à l’origine du concours similaire chez lui, en Haïti, qui m’a entraînée aux répétitions, dès l’avant-veille de l’évènement et qui m’a permis de me rendre compte de la qualité exceptionnelle de l’accompagnement tant artistique que logistique et humaine qui est offert à ces talents.

Là, j’ai découvert des jeunes talents déjà très impressionnants par leur professionnalisme et leur capacité à travailler avec des musiciens confirmés tels que Michel Mado (pianiste), Thierry Jean-Pierre (bassiste), ou encore Fred Deshayes, entre autres.

 

Un show à couper le souffle

Le jour J, c’est donc avec le cœur qui balançait entre Clara Glandor, une candidate guadeloupéenne qui m’avait bluffée en répétitions avec son interprétation de « Parlez-moi de lui » de Nicole Croisille, et Merlenka Silencieu, la candidate haïtienne qui avait lancé un pur jus électrique avec une appropriation très personnelle de « Gonaïves » d’Orlane, que j’ai eu le plaisir de découvrir bien d’autres jeunes talents de la Caraïbe, au hall des sports Paul Chonchon de Pointe-à-Pitre.

À chaque prestation, une découverte, une autre sensibilité artistique, un nouveau parti-pris esthétique, dont aucun ne pouvait laisser indifférent, tant la qualité des interprétations d’aussi jeunes personnes pouvant parfois déstabiliser.

En effet, nombre de candidats avaient, pour ainsi dire…du « coffre », et ont sorti les grands moyens pour conquérir un public résolument jeune, et qui avait, avant le show même, déjà ses favoris. C’est par ailleurs le public, avec ses réactions, qui a aussi aidé les membres du jury à faire leur choix. C’est ainsi que face à ce raz-de-marée de talent à l’état pur, la Guadeloupéenne Trécy Brissac, venue avec un public de fans déjà conquis, a fait la différence avec une interprétation d’une classe inouïe de « Marie-Galante » de Patrice Hulman. Brissac qui, je dois le dire, m’a fait forte impression dès son entrée sur scène, moulée dans une robe que seules les artistes et les esthètes savent mettre en valeur et qui, en bonne ado des années 90 que je suis, m’a rappelé la combinaison pourpre que portait Selena Quintanilla Perez lors de son tout dernier concert, le 26 février 1995 à l’Astrodrome de Houston, Texas.

Selena Quintanilla Perez, photo DR


Ont suivi Brissac, à la deuxième place, Zalika Pollard de Trinidad qui avait interprété « Feeling good » de Nina Simone (rien que ça !), et Tannisha Spa du Suriname.

La suite, pour David Eugène et le défi lycéens ? « Consolider le socle Guadeloupe, Martinique, Guyane, Haïti, Saint-Martin, et inviter les pays à fort potentiel artistiques tels que la Jamaïque, Porto-Rico, le Suriname et Trinidad ».
« Plusieurs actions dans le cadre du suivi du concours sont prévues : un forum qui abordera la thématique des « métiers annexes du spectacle vivant », et qui posera des questions comme « doit-on réinventer le spectacle vivant dans notre économie micro-insulaire ?, « la musique et l’Éducation nationale, la formation, la transmission, la structuration, la pratique en amateur ».

De plus, une réalisation musicale concertée Guadeloupe/Martinique/Haïti sous l’appellation « Transmission » est en projet avec Michel Mado, puis en avril 2019, nous participerons avec notre candidate au podium des lycées en Guyane »,précise-t-il.

 

 

Les membres du jury 

-Christine Chalcol, professeure agrégée de musique, Lycée Carnot, section TMD

-Yannick Cabrion, chanteur

-Corinne Alpic, professeure de musique

-Rony Théophile, chanteur, showman

-Karine Lacrosse, responsable de la salle Tarer

-Krystaal, artiste interprète

 

Les finalistes 2018

-Merlenka Silencieu, Vainqueur du Podiums des écoles 2017, Haïti

-Zack Phipps, Sint Maarten

-Clara Glandor, Guadeloupe

-Ryan Labiche, Martinique

-Trécy Brissac, Guadeloupe

-Lauryn Marsolle, Guadeloupe

-Zalika Pollard, Trinidad

-Tannisha Spa, Suriname

-Adrianne Baal, Trinidad

 


Photo à la Une: Trécy Brissac par JP Volet

Toutes les photos et les vidéos du défi lycéens 2018 sur la page Facebook officielle : Défi lycéens