Back

1 Stéphanie Caliste Manette, la plus Saint-Martinoise des Guadeloupéennes

Your vote is:
5.00 of 1 votes

Stéphanie Caliste Manette est l’une des rencontres les plus marquantes que j’ai faites lors de ma mission à Saint-Martin entre 2016 et début 2017. A l’époque, j’avais été chargée, entre autres, d’organiser et de faire monter en puissance la section jeunesse d’un parti politique local. Cette section jeunesse allait être une véritable force motrice dans la victoire à une élection majeure pour la partie française de Saint-Martin, et c’est dans ce cadre que j’ai rencontré Stéphanie. Jeune trentenaire talentueuse, et surtout déterminée, elle a le don de faire bouger les choses. Originaire de Guadeloupe, elle a Saint-Martin dans la peau, et elle est aujourd’hui consultante en développement touristique, après un riche parcours.

 

Je me souviens encore de la première fois où elle est entrée dans mon bureau, pour un déjeuner de travail avec René, mon assistant de l’époque, et moi. Ensemble, nous devions discuter de sa vision du développement de l’économie touristique de Saint-Martin partie française. Tout de suite, en entrant dans la pièce, elle a su prendre sa place et donner le tempo : elle était là pour travailler et surtout communiquer sa vision et faire entendre sa voix. Son allure, ses mots, son pas décidé, ses gestes, tout chez elle traduisait une détermination à toute épreuve. Et, au fil de nos échanges, cette première impression s’est confirmée.


Je dois dire que je suis admirative du parcours de Stéphanie, de l’audace et la compétence qu’elle déploie à chaque fois qu’elle opère un switch gagnant, c’est-à-dire un changement de direction ou de domaine dans sa carrière. Assistante sociale à la base, Stéphanie est arrivée à Saint-Martin en 2008 et y a exercé en tant que formatrice en insertion et chargée de médiation pendant quelques années. Mais, très vite sa passion pour les voyages la rattrape et elle reprend les études, à distance, avec un Diplôme Européen d’Etudes Supérieures en Tourisme et Hôtellerie. Pour valider son diplôme, elle doit alors produire un mémoire. Pour elle, le sujet s’impose très vite et, dans ce mémoire, elle décide d’étudier comment « Dynamiser le tourisme à Saint-Martin côté français ». Avec cette étude, elle réussit haut la main et obtient son Bachelor.

 

Dynamiser le tourisme à Saint-Martin French side 

 

Elle décide alors de rendre publics ses travaux et en fait un livre qu’elle publie chez Edilivre et que l’on peut commander en ligne ICI. Pour elle, c’est un juste retour non seulement pour Saint-Martin, le territoire qui l’a accueillie, mais aussi pour les professionnels du tourisme qui ont bien voulu échanger avec elle lors de ses enquêtes pour son mémoire.
« En tant que Guadeloupéenne, j’aime à croire que j’ai un œil neuf sur ces questions de développement touristique de la partie française de Saint-Martin. J’ai effectué beaucoup de recherches, sur le terrain, et les socio-professionnels m’ont beaucoup aidé à comprendre les enjeux et les pistes de solutions pour donner à Saint-Martin partie française toutes ses chances face à la concurrence de la partie hollandaise notamment », me raconte Stéphanie.

 

Quand Stéphanie parle de développement touristique à French Saint-Martin, on sent que le sujet la passionne. Quand un magazine national français titre « Île de Saint-Martin : le business côté hollandais, la déglingue côté français », Stéphanie, elle, toujours très positive et optimiste, préfère voir non seulement tous les potentiels de Saint-Martin partie française, mais aussi et surtout les solutions qui peuvent être déployées pour que ce territoire puisse affirmer sa singularité et en faire un véritable atout de développement. « Saint-Martin partie française a tout à gagner à miser sur son authenticité et la proximité. Il faudrait former les habitants, valoriser les hébergements chez les particuliers pour que les visiteurs découvrent et comprennent le Saint-Martin authentique. La culture saint-martinoise, les échanges dans ce domaine, et les rencontres intergénérationnelles, la valorisation du melting-pot saint-martinois, le développement de la ‘petite croisière’ loin de la croisière de masse côté hollandais, l’implantation d’un chantier naval, entre autres, sont  autant de pistes majeures pour développer le tourisme à Saint-Martin partie française », m’explique Stéphanie avec une étincelle dans les yeux.

 

Une Millenial qui a choisi tout

Dès lors qu’il s’agit de son domaine de prédilection, Stéphanie est intarissable, et la maîtrise de son sujet et la passion qu’elle nourrit pour Saint-Martin font que ses analyses et les pistes qu’elle propose pour le développement touristique de French Saint-Martin sont toujours très fines, mais ont aussi cette qualité d’octroyer une place centrale à l’humain. C’est une qualité que j’apprécie chez notre consultante et qui a, à mon sens, beaucoup manqué à nombre de « spécialistes » qui ont développé au fil des ans des stratégies qui ne collent pas à la réalité de ce territoire de Saint-Martin partie française. Autre chose que j’apprécie aussi chez Stéphanie, c’est sa capacité de mener à bien plusieurs vies en une seule. En bonne Millenial, elle a fait de sa passion un métier et elle ne s’interdit pas non plus d’exploiter ses autres compétences et talents. Maman de deux jeunes enfants, elle publie également des poèmes et exerce en tant que scénariste au sein d’une maison de production vidéo. Vous l’aurez compris, Stéphanie est une jeune femme très positive, optimiste, qui fonce, qui ne prend jamais un « non » comme une réponse valable. Elle est surtout une consultante compétente qui a développé une véritable vision humaine et progressiste pour son territoire de cœur, Saint-Martin, la « friendly Island ».

 


Crédits photo : Jean-Robert Cajuste